XIXe siècle : Montclar et Saint-Igest réunis

8 janvier 1800 : "capture" définitive de l'enfant sauvage à Saint-Sernin-sur-Rance.

 

 

La commune de Montclar est recrée en 1832.

En 1833, elle absorbe celle de Saint-Igest.

 

Juillet 1854 : épidémie de choléra à Saint-Affrique (les vierges votives encore visibles sur certaines façades attestent du drame... Un nouveau cimetière est d'ailleurs créé pour les 228 victimes de l’épidémie, grâce au don du notaire protestant Peyre-Cadias).

A Montclar, il y a 30 décès cette année là (contre 19 en 1853 et 1855).

 

1856 : épidémie de grippe.

Là encore, nombreux décès à Montclar (22 en 1856 et 34 en 1857)

 

C'est au XIXe siècle que les campagnes françaises sont les plus peuplées. L'Aveyron ne fait pas exception à la règle. 

En 1868, le "Dictionnaire des lieux habités de l'Aveyron" de J.-L. Dardé[i] fait état de 772 habitants sur la commune de Montclar. La répartition de cette population permet d'appréhender l'importance relative qu'avait alors chacun des villages, hameaux et fermes :

 

Montclar

217

 habitants

Sent-Igest de Sent-Sarnin

78

 habitants

Ospital (L')

40

 habitants

Capela (La)

37

 habitants

Garaldiè (La)

33

 habitants

Palaret

30

 habitants

Maset (Lo)

27

 habitants

Satjac

27

 habitants

Mas de Sent Igèst

26

 habitants

Julhac

23

 habitants

Sers

23

 habitants

Balmairiè (La)

22

 habitants

Combal (Lo)

21

 habitants

Caselas (Las)

19

 habitants

Roca (La)

17

 habitants

Roqueta (La)

13

 habitants

Cabriol (Lo)

11

 habitants

Peirièr (Lo)

10

 habitants

Pica-Morre

10

 habitants

Calmetas-Bassas (Las)

9

 habitants

Boria de Pujol-Nauta

8

 habitants

Boria de Pujol-Bassa

7

 habitants

Bosc (Lo)

7

 habitants

Pastrièr (Lo)

7

 habitants

Bosalhon (Lo)

6

 habitants

Marquier (La)

6

 habitants

Romanés

6

 habitants

Bois (Lo)

5

 habitants

Boria de Marc

5

 habitants

Prat-Naut

4

 habitants

Adrech de Palaret (L')

3

 habitants

Bona Comba

3

 habitants

Calmetas-Nautas (Las)

3

 habitants

Pastrièr-Nauta (La)

3

 habitants

Reinés

3

 habitants

Rèc (Lo)

2

 habitants

Faja (La)

1

 habitants

 

A noter que 28% des habitants habitent Montclar (217 habitants), 10% Saint-Igest (78 habitants) et 5% l'Hopital (40 habitants). Si on excepte ces trois villages, 35% de la population vit dans 10 hameaux : la Capelle (37), la Graldier (33), Palaret (30), Sajac (27), le Mazet (27), le Mas de Saint-Igest (26), Sers (23), Juliac (23), la Balmarié (22) et le Combal (21).

 

L'église Saint Michel de Saint-Igest est inaugurée en 1898. Construite à l'emplacement d’une ancienne chapelle, elle a été largement financée par les habitants de la paroisse.



[i] Jean-Louis Dardé, Dictionnaire des lieux habités du département de l'Aveyron, Rodez, Impr. de Ratery,‎ 1868, in-8, 392 p. (notice FRBNF30300318 à la BNF)

 

 

Voie ferrée entre Saint-Juéry et Saint-Affrique

A partir de 1880, naît un projet de liaison ferroviaire Albi - Marseille via Saint-Affrique, Le Vigan, Nîmes, etc. Assurés par l’Etat, les travaux d'infrastructure (plate-forme, ouvrages d'art et maisons de garde des passages à niveau) durent 35 ans. En 1932, la compagnie du Midi, à qui revient la concession de la  partie entre Albi et Saint-Affrique, dénonce la rentabilité de la ligne et refuse la réception des travaux. Seul le tronçon d’Albi à Saint-Juéry est mis en service sous la pression des aciéries du « Saut du Tarn ».

Les autres travaux sont officiellement arrêtés en 1941 : les voies et gares au-delà de Saint-Juéry ne seront jamais réalisées et la voie est déclassée.

Dans les années 1970, cette ligne est transformé en route touristique longeant le Tarn de Saint-Juéry à Saint-Affrique.