Les croix

Sur tout le territoire de Montclar, tout comme sur celui les communes voisines, on peu voir de très nombreuses croix de pierre....généralement placées à proximité des différents hameaux ou à la croisée des chemins.

 

Les pèlerinages

De nombreux pèlerinages avaient lieu dans la région : Coupiac pour la guérison des yeux, Saint-Exupère pour les diarrhées et la protection contre la peste, Notre-Dame d'Auriens (Saint-Sernin) pour les maladies des yeux, l'eczéma et pour obtenir la grâce d'avoir des enfants.

 


Les paroisses de Montclar et Saint-Igest ne sont pas en reste :

- Pèlerinage à l'occasion des Rogations (croix de Saint-Antoine le lundi, croix sur la route de Faveyrolles le mardi, croix de la Marcadière le mercredi, croix du moulin à vent le jeudi). 

- Pèlerinage pour la guérison des enfants atteints du "mal blanc" (eczéma) par les saintes huiles de l'église de Montclar.

- Source miraculeuse à Saint-Jean-de-l'Hôpital, dont la trace est aujourd'hui perdue.

 

 

 

D’autres manifestations religieuses avaient lieu dans la commune :

 

 

- Bénédiction du bétail : le prêtre passait dans chacune des fermes pour bénir les étables et les troupeaux. A Montclar, les bêtes étaient regroupées et bénies sur la place du village en juin.

- Pèlerinage des habitants de Saint-Igest à Saint-Dalmazi pour la guérison des sourds et muets (le lundi de Pentecôte et le jour de la Saint Dalmas). Départ et retour au village de Saint-Igest en procession… Saint-Dalmazi dépend de la commune d Brasc depuis 1833. Autrefois l’église de Saint-Dalmazi dépendait de la paroisse de Saint-Igest. Cette chapelle aurait été donnée à l’abbaye de Vabres au Xe siècle par l'abbé Frédelon pour le repos de son père Amblard, de sa mère Sénégonde et de ses quatre frères déjà morts. Elle devint un lieu de pèlerinage, dédié à Saint Dalmas, un des premiers évêques de Rodez. Selon la tradition populaire, Saint Dalmas avait traversé le Tarn à gué au niveau du village de Saint-Dalmazi, accompagné d'un bœuf. Il aurait pris le chemin de Brasc mais, au niveau de la Fage (au-dessus de Saint-Igest), le bœuf aurait refusé d'aller plus loin : c'est ainsi qu'il devint aussi le protecteur des éleveurs de bovins. Ce pèlerinage a été abandonné vers 1980.